L’autre est votre miroir

recruteur copie

Toutes les personnes que vous rencontrez sont là pour une bonne raison. Nous avons tous des choses à apprendre les uns des autres. D’ailleurs, lorsque nous ne les avons pas compris, les schémas se répètent. Le couple est d’autant plus une expérience confrontante du fait que nous sommes intimement et émotionnellement impliqués dans la relation avec l’autre au quotidien. Les tensions peuvent prendre rapidement des proportions démesurées par manque de communication et de bienveillance envers soi et envers l’autre.

La théorie du miroir est un outil très puissant lorsque l’on veut avancer vers la connaissance de soi et par conséquent la connaissance de l’autre. Il me semble évident que pour connaître et comprendre l’autre, il faut d’abord avoir une bonne connaissance et une bonne compréhension de soi. Il me semble difficile de donner des cours de dessin si on ne sait pas dessiner.

Le principe est simple, l’autre est votre miroir, il reflète les parties de vous-même que vous ne voulez pas regarder, que vous ne voulez pas accepter.

Lorsque que quelque chose vous dérange chez l’autre, dites-vous que c’est simplement une part de vous-même que vous n’acceptez pas totalement. Nous voyons en l’autre ce que nous refoulons au fond de nous-même. En effet, il est plus facile de voir ce qui ne va pas chez l’autre que de regarder ce qui ne va pas chez nous. Il est difficile d’admettre les parties sombres que nous avons en nous. Donc lorsque vous critiquez, jugez, blâmez l’autre, c’est envers vous même que vous le faites réellement. Je sais que cela peut paraître choquant si c’est la première fois que vous entendez cela, et pourtant par expérience, je peux vous dire que c’est vrai. À partir du moment où vous intégrez ceci, dès que vous allez faire un reproche ou juger votre partenaire, posez-vous la question : “est-ce que ce n’est pas une partie de moi que je voudrais changer ?”, ou “est-ce que moi aussi, il m’arrive de faire ou d’être cette même chose que je lui reproche ?”.

J’utilise régulièrement ce processus et je peux vous dire qu’il est très puissant et très efficace.

Cet outil est fabuleux quand on y pense, car c’est une nouvelle manière de voir votre partenaire. Lorsque que celui-ci réveille en vous une émotion désagréable, c’est une occasion qui vous est donnée de comprendre ce qui se joue en vous.
En quoi cette parole ou cet acte me touche-t’il ?
Pourquoi est-ce que je réagis comme cela ?
Qu’est-ce que cela provoque en moi ?
Comment je me sens ?
Est-ce que ce genre de situation s’est déjà produite dans le passé ?

À plusieurs reprises dans le passé, j’ai été traitée, excusez-moi du terme, « comme de la merde », que ce soit par la personne avec qui j’étais en relation ou même au travail. Il est arrivé que l’on me parle avec une violence inouïe et ma réaction face à cela était de me recroqueviller sur moi même et de pleurer. Je subissais continuellement les reproches, et les jugements. pendant longtemps j’ai tenu ma position de victime sans me dire que cela pouvait en être autrement.

Dans cet exemple que je vous donne, les personnes me faisaient me sentir minable, moins que rien, incompétente. Pendant cette période, la vie pouvait être dure, je considérais que je n’avais pas de chance, que les gens étaient méchants.

Mais si j’utilise la technique du miroir, ma vision des événements est tout autre.

Les faits :
Je suis confrontée à des personnes violentes en paroles vis à vis de moi-même. Elles étaient méchantes, avec  l’intention d’être humiliantes, dégradantes.

Pourquoi :
Pourquoi étais-je touchée par ces paroles ? Si j’étais parfaitement ok avec moi même, je n’aurais pas accordé d’intérêt ou approuvé leurs paroles. Si cela me touche, c’est qu’une part de moi y croit.

Le message :
Que puis-je apprendre alors de cette violence et cette méchanceté gratuites qui venaient des autres (de l’extérieur) ? Et bien cela me renvoyait à ma propre violence et méchanceté vis à vis de moi-même.

Moi :
À cette époque, je passais mon temps à me dévaloriser, me blâmer, me juger. Mes pensées envers moi-même étaient souvent très dures. Je me dévalorisais régulièrement. J’avais très peu d’estime et un manque d’amour à mon égard. 

Conclusion :
La violence des paroles et la méchanceté des autres, n’étaient que le reflet des pensées (inconscientes à l’époque) que je m’infligeais quotidiennement à moi-même.

Il m’a fallu du temps pour m’aimer et me respecter, mais il est clair que plus je travaillais sur moi et plus les relations destructrices autour de moi disparaissaient. Plus je m’aimais et me respectais, moins les gens avaient d’emprise sur moi. Ce genre de relations n’avaient donc  plus lieu d’être.

Le jour où j’ai vraiment intégré que chaque expérience désagréable avec mon compagnon était une occasion d’en apprendre plus sur moi-même, j’ai pris cela comme un service que l’autre me rendait, même si sur le coup, ce n’est pas toujours évident.

Aujourd’hui, j’ai intégré ce réflexe de me poser les bonnes questions lorsque que quelque chose me perturbe chez mon partenaire ou chez une autre personne :
Est-ce qu’il m’arrive parfois d’être ou de faire comme cette personne ? Que ce soit envers moi-même ou envers quelqu’un d’autre ?

Systématiquement, la réponse est oui. Lorsque j’accepte cette partie de moi même qui n’est pas parfaite, que je l’accueille pleinement, alors l’autre ne me dérange plus. L’animosité que j’avais envers lui n’a plus lieu d’être.

Je vous retourne cette question maintenant. Qu’est ce qui vous dérange chez votre partenaire ? Qu’elle image vous renvoie t’il de vous même et que vous ne voulez pas voir ?

Miroir mon beau miroir qu’as-tu à me montrer que je ne veux pas voir ?



Comments

comments

2 Commentaires

  1. Cet article est très éclairant, je comprends mieux cette théorie à présent !

    1. La théorie du miroir m’a aidé à voir les autres non plus comme des potentiels “ennemis” mais plutôt comme des aides extérieures m’apportant une meilleure compréhension de moi-même.

Laisser un commentaire